Actualités

L'orientation déviante des religions

Message extrait de la conférence du 21 novembre 2001

"Depuis le début de l'existence humaine, l'homme a toujours cherché pourquoi il existait, pourquoi il disparaissait ? Pourquoi les étoiles, l'univers, la Terre ?


Afin de répondre à toutes ces questions des disciples avancés ont pris corps d'homme,
ont vécu sur la Terre et ont apporté chacun une partie de leur connaissance.


Au fur et à mesure de l'évolution de la population du monde,
d'autres disciples sont venus sur terre, et,
en rapport avec l'évolution de la compréhension humaine, ils ont transmis une autre partie de la connaissance : LA NOTION DIVINE.


À travers eux, certains ont construit ce que nous avons appelé "religion".

Issu de la même source, chaque disciple a transmis la même unité divine, en différents points de la terre.


Souvent, les hommes n'ont pas toujours pris cette discipline dans le sens indiqué de l'amour et de la paix, de l'ouverture des consciences,
mais certains l'ont prise dans une notion de connaissance pour un pouvoir,
et cela a tourné bien souvent en des rivalités pour un même Dieu, un même créateur,
une même philosophie, une même foi.


Les mots sont construits par les hommes,
les consciences et l'esprit sont construits par le CRÉATEUR,
ce qui ramène l'homme dans le même sens, dans la même foi, dans le même Amour.


Aujourd'hui sur la Terre, de nombreux disciples agissent et oeuvrent dans la même liaison, dans le même plan, pour la même unité créatrice à travers la conscience des hommes.

Ils rachètent en quelque sorte, par leur présence, par leur émanation,
par la force déversée et par la liaison avec les plans de lumière,
« les forces destructrices » que fabriquent les hommes à longueur de temps,
dans leurs pensées, le manque de morale, l'orgueil, le besoin de dominer.

Ces attitudes de vie, répétées au quotidien, forment progressivement les ombres de guerres et les rivalités que nous connaissons aujourd'hui.

Il faut beaucoup d'amour, beaucoup de disciples, beaucoup d'hommes sur le sentier de la paix pour que la force de chacun puisse transformer la guerre en paix."


Message du 18 mai 1993


Dans son parcours l'humanité a toujours eu :
la liberté d'agir,
la liberté de penser,
la liberté à l'intérieur des lois cosmiques de la création.


Cet état d'indépendance, l'être humain le transcrit dans la matière, à sa façon.
Et lorsqu'il le transcrit avec un égocentrisme,
avec une action personnelle orientée vers lui,
il peut tout déformer.


Les possibilités de développer la notion de vie aux premiers temps de la Terre,
se sont installées sous le regard d'entités spirituelles très avancées.
Elles s'incarnaient et dirigeaient le monde de la Terre.


Pour certains, l'attrait de la matière a été une euphorie croissante,
dans l'objectif de mettre leur pouvoir aux conditions de la matière.

C'est ainsi que progressivement quelques entités qui apportaient au monde l'equilibre et la paix, ne sont pas revenues à leur plan de départ.
Et la matière a commencé avec les hommes, à diriger les hommes.


Au fil des temps, pour aider l'humanité, sont revenues du plan divin parmi les hommes des entités missionnées.
Une acception d'amour, chacun à une époque déterminée,
pour redonner une source, une direction à ceux qui s'égaraient dans la facilité.


La dernière grande direction donnée a été celle de L'AMOUR,
Savoir aimer, partager.
Savoir échanger la Vie.

À partir de ce moment, certains êtres ont essayé dans ce qu'ils avaient appris et compris, de transmettre le message.


Mais l'homme a bien vite pensé, que de donner la possibilité à chacun de trouver sa force intérieure, pouvait être préjudiciable au pouvoir.

Et les pouvoirs en place, qu'ils soient politiques, religieux ou autres, ont tout fait pour éteindre la flamme qui montait, et ainsi, entraîner l'humanité vers un autre état de conscience,
cet état conscience, où chacun aujourd'hui aspire à être comme dans un rêve, est en attente.


Ce rêve est une réalité bien vivante mais il est simplement retardé

car l'homme aujourd'hui et depuis bien des siècles assure un confort à son intellect.

En recherchant dans le concret, et trouvant toutes sortes de prétextes pour appliquer
un rejet de l'aspect de la vie divine,
il s'enlise dans la matière,
et néanmoins se prend pour Dieu le Père sur la Terre.


Tous les écrits traduits l'ont été avec ce raisonnement du pouvoir :
ne pas tout donner, ne pas tout dire, mais traduire par des mots,
des mots pesés, mal liés. Ils empêchent celui qui lit d'ouvrir son coeur.
L'homme reste inquiet de ne pas comprendre cette sorte de mystère qu'est l'Amour du Christ, ce mystère de la Trinité, ce mystère de la Vie.


Y a-t'-il un mystère au battement et au rythme du cœur de chacun ?
Y a-t'-il un autre mystère dans la nature qui suit son rythme d'évolution malgré les tourments que lui fait endurer l'humanité ?

Pourquoi chercher si loin ce qui est tout près de nous,
dans l'air que nous respirons et encore plus près,
dans notre cellule même où l'amour divin donne la vie.


Il faudra encore beaucoup de temps à ceux qui vivent dans le monde de la Terre,
pour que des mots simples et justes soient transmis et qu'en chacun passe à nouveau l'état de lumière dans l'état de chair"

 

Ajouter un commentaire